Rechercher
  • audrey loups

La rivalité

Je vais vous raconter une histoire. Celle de deux femmes qui lors de leur rencontre ce sont reconnues dans leur vibration. Ces deux femmes découvrirent ensemble de multiples facettes de l'intuition, de la guidance pour leur chemin de vie. Mais un jour les blessures du féminin sacré viennent se mêler à leur relation. Le trahision, le jugement, la jalousie vinrent se mêler et pointer du doigt l'autre. La relation se brisa et chacune resta avec ces blessures à guérir.. Puis le féminin collectif laissa l'opportunité à ces deux femmes de guérir en elle ce qui avait été blessé. Le temps, la patience, le travail de guérison sur soi permis à chacune d' être apaisée et de continuer son chemin. Des années plus tard, la vie voulue à nouveau les rassembler car le tissage qu'elles pouvaient mener ensemble était bien plus fort que leurs anciennes querelles. Avec timidité, puis envie et désir l'une d'elle osa recontacter sa sœur de cœur. Timidement l'autre se laissa s'approcher pour tranquillement tisser à nouveau. La femme qui avait osé renouer un nouveau lien était comblée car cela permettait de mettre en lumière le pardon et l'humilité d'être toute une dans nos différences. Alors de nouveau ce tissage qui repris vie et forme de manière juste et alignée attisa la jalousie d'autres femmes. Ces femmes jalouses avaient en secret espérées que leur relation reste distante. Cette relation venait pointer du doigt chez ces femmes l'humanité d'apprendre à s'aimer sans conditions, avec nos différences, nos croyances, nos vérités, nos querelles.

Cette histoire n'est pas un conte mais une histoire personnelle propre à ma vie. Et elle me ravie car je vois que lorsqu'on guérie d'une côté, le féminin à guérir se réveille ailleurs.Alors pensez à une femme que vous gardez secrètement en rancœur ou que vous aimez critiquer puis demandez vous si vous êtes enfin prête à enterrer la hache de guerre pour une vraie sororité.Que cette journée vous ouvre à l'acceptation de chacune.


Crédit photo : balises.bpi.fr


2 vues